Bonjour / Se connecter
Listings
Accès
Agenda
Actualités
Médecins généralistes

Takeoff: un nouveau cap pour les quartiers opératoires

25
fév
2016

Takeoff: un nouveau cap pour les quartiers opératoires


Depuis sa mise en place en 2007, la direction des quartiers opératoires du CHC gère de manière traversale les blocs opératoires des cliniques St-Joseph, Espérance et Notre-Dame Waremme, et collabore à titre de consultant avec les trois autres blocs opératoires du CHC, ceux des cliniques St-Vincent, Notre-Dame Hermalle et Ste-Elisabeth.


En 2015, la direction des quartiers opératoires du CHC s’est lancée dans une démarche plus globale et plus structurée qui va conduire les blocs opératoires vers une certification. Cette démarche, appelée Takeoff, s’ancre dans un important programme de formation à la gestion des risques pour l’ensemble des intervenants (infirmiers, chirurgiens, anesthésistes).
 

Notre programme de formation s’inspire de l’aéronautique, tout comme notre check list. Ce n’est pas un hasard: l’aéronautique a toujours eu une longueur d’avance en termes de prévention des risques, explique le Dr Jacques Van Erck, médecin responsable des quartiers opératoires. Aujourd’hui, ses méthodes s’adaptent au domaine médical. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de baptiser notre projet Takeoff (décollage en français).


 

L’ensemble de la démarche Takeoff émane du terrain et est soutenue par la direction générale du CHC.
Elle trouve son origine dans plusieurs éléments qui se complètent: l’engagement du CHC en termes de qualité et sécurité patient, le projet de nouvel hôpital du CHC (la clinique du MontLégia en cours de construction) qui doit regrouper l’activité de trois sites, mais aussi à chaque niveau, de trois équipes; l’évolution du financement des soins de santé et du système d’agrément des hôpitaux; ainsi que l’émergence de critères qualitatifs dans les comparatifs entre hôpitaux.

Mission et valeurs

Cette démarche globale, qui va bien au-delà des recommandations préconisées par le SPF Santé publique sur le plan qualité et sécurité patient, a commencé par un travail de redéfinition des mission et valeurs des quartiers opératoires.
 

  • La mission: la prise en charge optimale et multidisciplinaire du patient au sein des quartiers opératoires. 
  • Cinq valeurs sous-tendent la mission: excellence, respect, esprit d’équipe, sécurité, épanouissement

Mission et valeurs ne constituent pas une fin en soi, mais un fil rouge destiné à fédérer l’ensemble des intervenants autour d’objectifs communs, à renforcer le sentiment d’appartenance et la cohésion entre les différents métiers.

 

Collaborations exceptionnelles

Les quartiers opératoires se sont assuré la collaboration de deux entreprises de renom dans ce projet: Accréditation Canada International pour la certification, Report’in pour la formation.
 
Accréditation Canada est un organisme international de certification mondialement reconnu. Le CHC est très heureux de pouvoir compter sur cette collaboration ainsi que sur l’expertise de ses intervenants.
 
Report'in est une équipe multidisciplinaire et expérimentée composée de pilotes, médecins, informaticiens, psychothérapeutes... passionnés par la sécurité, le monde médical, l'aviation et les facteurs humains. Elle accompagne les équipes en proposant une formation sur mesure, axée notamment sur l’amélioration de l’utilisation de la check list et le travail en équipe, d’abord sur simulateurs de vols (au centre de formation aéronautique de Brussels Airport ), avec une formation CRM (Crew resource management), puis avec des simulations de cas critiques au bloc opératoire, avec des mannequins.

L’idée consiste à viser les facteurs humains, in fine souvent identifiés comme sources d’erreur, et de travailler le savoir-être en équipe, au-delà du savoir et du savoir-faire. A ce titre, le CHC est le premier hôpital belge à collaborer avec l’aviation civile.


Certification

Des pratiques comme la check list appliquée depuis 2012 aux blocs opératoires du CHC peuvent aider à réduire de 40% environ les complications opératoires, lesquelles ont un coût non seulement en santé pour le patient, mais aussi en ressources et en argent pour l’ensemble de la gestion de l’hôpital. La mise en place de la certification de l’activité opératoire (de la clinique St-Joseph dans un premier temps), avec les référentiels internationaux que cela suppose, permettra d’évoluer plus rapidement encore dans la voie de la qualité et de la sécurité.
 
La certification, ce n’est pas juste un label à la mode. La certification s’appuie sur une vision intégrale du processus de prise en charge du patient et vise le fonctionnement global du quartier opératoire. La démarche induit une dynamique interne propre, qui permet d’engager la réflexion à la fois sur l’organisation du quartier, le type de management et les modes de fonctionnement entre professionnels qui y évoluent.
 
La certification n’est certainement pas un virage à 180°. Il ne s’agit pas de changer, mais de consolider les acquis. La première phase consiste à formaliser (harmoniser et standardiser) les structures, les pratiques et la collecte des données. Le processus met en évidence ce qui se fait de bien et cible, sur base tangible, ce qui peut être amélioré, tout en responsabilisant les intervenants.
 
Les avantages de la certification, nombreux et complémentaires, se situent à cinq niveaux:

  • qualité: la certification favorise la culture qualité et sécurité

  • conditions de travail: la démarche et la formation favorisent le renforcement des compétences et le perfectionnement, ce qui apporte un sentiment d’épanouissement et de sécurité

  • efficacité: la formalisation des pratiques améliore l’efficacité opérationnelle

  • efficience: la démarche permet une utilisation efficiente des ressources humaines et matérielles

  • image corporate: l’image de l’institution gagne en sérieux, en crédibilité, en réputation et en confiance