Bonjour / Se connecter
Listings
Accès
Agenda
Actualités
Médecins généralistes

Le PET-scan du CHC enfin agréé. Une régularisation pour aller de l'avant

08
jan
2016

Le PET-scan du CHC enfin agréé. Une régularisation pour aller de l'avant

Fin décembre, après 15 années de fonctionnement et de combat, le PET-scan du service de médecine nucléaire du CHC vient enfin d’être reconnu et agréé par les autorités. Si la décision ne change pratiquement rien pour les patients, elle constitue une excellente nouvelle pour l’hôpital puisque les autorités reconnaissent explicitement la nécessité de l’appareil et l’expertise de son équipe.


SJ_PET-scan_0116


Quand elle fait le choix de s’équiper un PET-scan sur fonds propres en 1999, la Clinique Saint-Joseph vise avant tout l’intérêt du patient. Quelques mois plus tard, un moratoire du SPF Santé publique limite le nombre de PET-scans (13 pour la Belgique) sans tenir compte de l’existant: l’appareil de la Clinique Saint-Joseph est considéré de facto comme illégal. S’en suivent pétitions, débats juridiques, dérogation, recours au Conseil d’Etat, fermeture imposée, lourdes amendes, reprise de l’activité… Au final, le PET-scan du CHC est toléré, mais reste non agréé. Le CHC assure le fonctionnement déficitaire de l’appareil grâce à la solidarité financière des médecins.
 
Aujourd’hui, le CHC a reçu un agrément provisoire d’un an à dater du 1er janvier 2016. Cet agrément constitue une caution médicale et professionnelle pour les patients et les prestataires de soins, mais aussi une garantie juridique et une sécurité financière pour l’institution qui pourra désormais tarifer les examens réalisés selon une nomenclature plus favorable.
 
L’octroi de l’agrément s’appuie explicitement sur la nécessité de maintenir l’offre de soins du CHC qui a démontré son efficacité et sur l’intérêt de sauvegarder l’expertise médicale acquise par l’équipe de médecine nucléaire du CHC. Pour rappel, cette équipe, accréditée comme centre d’excellence PET-CT par l’EANM (European association of nuclear medicine), participe à de nombreuses études scientifiques multicentriques, tant au niveau belge qu’international.
 
Le SPW Santé justifie également l’octroi de l’agrément par le fait que l’exploitation du PET-scan du CHC participe à une répartition géographique équitable. A ce titre, l’agrément engage le CHC à s’associer avec d’autres centres hospitaliers ne disposant pas d’un PET-scan et à accueillir leurs patients pour la réalisation de l’examen. Cette ouverture sera notamment proposée aux hôpitaux partenaires du CHC (hôpital St. Nikolaus à Eupen, clinique St. Josef à St-Vith) mais également aux hôpitaux géographiquement plus proches. La direction générale du CHC va prendre contact avec les directions des autres institutions concernées dans les prochaines semaines.
 
 
Appareil performant et indications plus vastes
 
La Clinique Saint-Joseph dispose d’un PET-CT-scan de marque Philips de dernière génération. Installé en août 2012 (en remplacement de celui mis en exploitation fin 1999), il s’agit d’un équipement identique à ceux utilisés dans les services des hôpitaux universitaires. Les principales indications du PET-scan sont liées à l’oncologie (diagnostic, bilan d’extension, vérification de l’efficacité thérapeutique, suivi du patient). L’intérêt de la technique réside dans sa performance diagnostique élevée. L’appareil permet la réalisation d’une image du corps entier, particulièrement utile dans le cadre du bilan d’extension et la recherche de récidives.
 
Parallèlement à l’agrément, les indications pour les examens PET-scan ont été largement étendues (AR paru le 24/12/2015), non seulement pour l’oncologie, mais aussi pour d’autres pathologies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson), en plus des indications pour les pathologies inflammatoires, cardiaques et l’épilepsie. Si l’éventail des pathologies couvertes s’élargit, il s’accompagne de restrictions importantes quant à la répétition des examens. Enfin, autre restriction : désormais, seul un médecin spécialiste peut prescrire un examen de PET-scan.
 
Le CHC se réjouit bien entendu de cette décision. C’est une magnifique nouvelle pour nos patients d’abord, pour le CHC ensuite, résume Alain Javaux, directeur général. C’est la reconnaissance de la qualité des soins prodigués à nos patients, mais aussi une récompense de notre ténacité.