Bonjour / Se connecter
Accès
Agenda
Actualités
Faire un don
| Médecins |

Chimiothérapie par intraveineuse au domicile


Sélectionné dans un projet pilote d’hospitalisation à domicile initié par le SPF Santé publique, le service d’oncohématologie du CHC propose depuis fin 2017 l’administration de chimiothérapies par voie intraveineuse à la maison. Cette initiative est novatrice car jusqu’ici, ce type de traitements était réalisé uniquement en milieu hospitalier.


La chronicisation du cancer, l’âge croissant des patients, la problématique du transport vers l’hôpital (ainsi que les facteurs temps et coût) sont les arguments qui ont motivé notre participation afin d’améliorer la qualité de vie du patient. 

 

L’itinéraire de soins a été murement réfléchi avant sa mise en place, afin d’assurer la même sécurité et la même qualité de prise en charge qu’à l’hôpital. Des procédures (en cas d’extravasation par exemple) et des fiches techniques selon le schéma thérapeutique ont été rédigées.

Plusieurs critères doivent aussi être respectés pour qu’un patient puisse bénéficier d’une hospitalisation à domicile.
 

  • Il faut d’abord l’accord du patient, de sa famille et du médecin traitant. Ce dernier est toujours partenaire de la démarche et reçoit en temps réel un rapport de l’infirmière oncologique.
  • La distance par rapport à l’hôpital ainsi que l’accessibilité du domicile sont également pris en compte.
  • Enfin, tout schéma chimiothérapique ne peut être administré à domicile et une liste des traitements a été établie en se basant sur la durée de perfusion des médicaments (temps de perfusion court) puisque l’infirmière reste aux côtés du patient durant toute la procédure mais aussi l’absence de réaction anaphylactique, une toxicité immédiate limitée.

Dans la pratique, le patient est contacté la veille du traitement pour confirmation. L’infirmière qui se rend au domicile est toujours une infirmière spécialisée en oncologie de l’hôpital de jour médical du CHC. Le médecin traitant intervient comme partenaire dans le projet, il est systématiquement prévenu avant et après chaque traitement.  


Pour une sécurité optimale,  les deux premières cures sont réalisées en hôpital de jour classique, afin de s’assurer d’une tolérance correcte.