Bonjour / Se connecter
Listings
Accès
Agenda
Actualités
Médecins généralistes

Sauvegarde des crapauds calamites, espèce protégée


La présence de crapauds calamites (espèce protégée) a été décelée sur le terrain où est construit le futur hôpital.

La loi sur la conservation de la nature prévoit la possibilité de demander une dérogation si l'habitat d'une espèce protégée doit être détruit. C'est l'autorisation que le CHC a obtenue du DNF (département de la nature et des forêts), moyennant la mise en œuvre de mesures de compensation.
 

Le CHC aménage une zone dédiée aux crapauds calamites de l'autre côté de l'autoroute, sur un terrain qui s’étend de l’autoroute au chemin de fer, entre la rue Emile Vandervelde (Liège – Glain) et les rues Jean Jaurès et du Plan incliné (Ans), là même où le DNF a déjà repéré d’autres individus de cette même espèce protégée.





Selon le DNF, un espace de 4 ha est nécessaire à l'accueil et la préservation de la population existante. L'aménagement du terrain de vie des crapauds calamites nécessite l'abattage de certains arbres pour obtenir des zones dégagées et le creusement d'une cinquantaine de mares de petite profondeur. Cet aménagement nécessite une modification du relief du sol, dès lors une demande de permis était nécessaire. Cette demande a été introduite en juin 2013.

Au terme de la procédure d’instruction de la demande de permis, la Région wallonne a octroyé le 17 mars 2014 le permis pour l’aménagement d’une zone dédiée aux crapauds calamites d’une superficie de 5,2 ha (soit 25% de plus que la surface de 4 ha demandée par le DNF) dont plus de 1,2 ha de mares.  Comme il ne disposait pas d’assez de superficie au nord de l’autoroute, le CHC a conclu un accord avec son voisin direct, l’ASBL Pré des Maclottes, et la Ville de Liège afin de pouvoir étendre le territoire des crapauds sur une portion de terrain leur appartenant.
 
L’agencement de ce nouvel habitat a démarré en juillet 2014, avec le creusement des mares et l’abattage de certains arbres (après la période de nidification des oiseaux). Le déménagement des batraciens et le suivi de l’évolution de la population se fait en collaboration avec le département de la nature et des forêts.
 
Ces aménagements représentent un coût de 600.000€ pour le CHC, en plus du prix du terrain. Au CHC, on considère ce volet comme un investissement, dans la mesure où il est prévu que la zone d’habitat des crapauds devienne un site à visée pédagogique, avec parcours scientifiques et circuits de visites. Ce projet pédagogique proposera une approche originale de la nature aux écoles et associations.