Bonjour / Se connecter
Accès
Agenda
Actualités
Médecins |

Impact du futur hôpital, après mise en activité


La const​ruction de l’hôpital et sa mise en activité vont permettre de redynamiser le quartier et d’y amener de l’activité.

Ce qui était une friche industrielle abandonnée est aujourd’hui une zone assainie. Après construction, le CHC compte reboiser une large partie du terrain.

L'activité hospitalière en tant que telle n'est pas une activité qui génère du bruit. C'est dans l'intérêt des patients d'avoir des conditions idéales de repos. Au sein du futur hôpital, un capotage acoustique est prévu sur les moteurs ou installations génératrices de bruit.



Copyright réalisation et photo: A. Barré design

 
Question circulation routière, on estime que le flux généré sur l'autoroute par l'activité de l'hôpital sera de 900 voitures en plus aux heures de pointe du matin et du soir, sur un total de 100.000 véhicules par jour actuellement. On peut donc considérer l'impact du flux généré par l'hôpital comme insignifiant. Les études considèrent qu'il faut doubler la circulation pour qu'il y ait un impact sonore réel. Les ambulances se retrouveront quasi en site propre dès leur sortie de l'autoroute et devraient donc arrêter leur sirène. On compte sur une moyenne de 22 ambulances par jour, et 1 ou 2 transports héliportés par mois.
 
Par ailleurs, afin de ne pas engorger le quartier par un trafic de transit, il n’y aura pas de jonction directe entre l’accès de la sortie d’autoroute à destination de l’hôpital et les voiries du quartier. Cette disposition a été voulue par la Ville de Liège, afin de protéger le quartier et les riverains.
 
Dès avant sa conception, les auteurs de projet du nouvel hôpital ont tenu compte de son éventuel agrandissement. A ce stade, il s’agit d’une simple potentialité mais un hôpital se construit pour plusieurs générations. Si cette extension devait avoir lieu, il n’y aurait pas d’expropriation. C’est une des raisons du choix du terrain de Patience et Beaujonc. La première phase de l’hôpital, réalisée également sans expropriation, a nécessité la seule démolition de la cheminée de l’ancien charbonnage.