Le déroulement de la grossesse et la santé de votre bébé


La grossesse

La grossesse qui résulte d’une procréation médicalement assistée est toujours considérée comme à plus haut risque de complications.

Pourquoi?
Ces risques sont multifactoriels, d’abord liés au problème de fertilité des parents. En effet, tous les couples qui ont attendu plus d’un an pour concevoir présentent des risques majorés de complications obstétricales (durant la grossesse). Il s’agit de facteurs de risques constitutionnels. Certaines causes d’infertilité augmentent encore ces risques: par exemple certaines interventions pour endométriose ou des perturbations du métabolisme du sucre chez les patientes souffrant d’ovaires micropolykystiques.

Les techniques de PMA contribuent aussi à l'augmentation des risques, probablement en modifiant les processus de placentation (formation du placenta) lié au contexte hormonal durant le traitement. Des effets épigénétiques (expression des gènes) liés au développement des premiers stades embryonnaires dans un contexte artificiel, hors de l’environnement maternel, ont aussi été évoqués.

Quelles complications?
On observe une augmentation d’hypertension durant la grossesse, de naissances par césarienne, d’accouchements prématurés et de bébés de petit poids. L’incidence de ces complications est différente selon que l’on transfère des embryons frais ou congelés et reste relativement faible. Les résultats nationaux nous donnent les chiffres suivants pour des transferts d’embryons frais.

Un taux d’accouchements prématurés (avant 37 semaines de grossesse) de 5,4% pour les grossesses uniques et de 41,3% pour les grossesses gémellaires en cas de grossesse dans la population générale (rapport CEPIP 2020). Ces taux sont de 0,6% et 7,1% pour les grandes prématurités (avant 32 semaines de grossesse).

Les taux de prématurité (avant 37 semaines de grossesse) observés suite à une conception par FIV et un transfert d’embryons frais sont de 7,3% pour les grossesses uniques et de 51,7% pour les jumeaux. On observera 1,5% de grandes prématurités (avant 32 semaines) pour les grossesses uniques et 10,1% pour les grossesses gémellaires conçues par FIV.
 
Grossesse unique  Conception naturelle Après transfert d’embryons frais
Avant 37 semaines 5,4% 7,3%
Avant 32 semaines 0,6% 1,5%

Tableau: Taux d'accouchements prématurés (CEPIP 2020)





Le taux de bébés de petits poids (< 2.500g) est de 6,6% pour les enfants issus d’une grossesse unique et de 46,9% pour les jumeaux en cas de grossesse dans la population générale. Ces taux sont de 1,1% et 7,9% pour les très petits poids (< 1.500g)(rapport CEPIP 2020).
Les taux de petits poids observés suite à une conception par FIV et un transfert d’embryons frais sont de 6,1% pour les grossesses uniques et de 53,3% pour les jumeaux. On observera 1,2% de très petits poids (< 1.500g) pour les grossesses uniques et 9,1% pour les grossesses gémellaires conçues par FIV.
 
Grossesse unique  Conception naturelle Après transfert d’embryons frais
< 2.500g 6,6% 6,1%
< 1.500g 1,1% 1,2%

Tableau: Taux de bébés de petits poids (CEPIP 2020)

 

Votre bébé

La naissance après une FIV donne dans la grande majorité des cas des enfants en très bonne santé. Le développement intellectuel en particulier n’est pas différent des enfants nés suite à une conception naturelle.

Néanmoins, comme pour le déroulement de la grossesse, on observe une très légère augmentation des malformations. Celles-ci s’observent aussi chez des couples infertiles c’est-à-dire ayant procréé naturellement mais avec un délai de conception de plus d'un an. Ce qui laisse penser que l’infertilité est en soi un facteur de risque indépendant de la technique utilisée pour procréer. Les chiffres relatés dans les grosses études internationales (45 études sur plus de 90.000 bébés nés) annoncent une majoration des malformations de 30% après PMA. Cela représente 6,5% de malformations après FIV contre 5% en conception naturelle pour des couples fertiles, que la fécondation de l’ovocyte en FIV soit réalisée naturellement ou par ICSI.

Il n’est pas exclu que l’infertilité du père traitée par ICSI soit transmise aux fils ainsi conçus, mais les études de ces enfants n'en sont qu’à leurs débuts puisque l’ICSI date de 1992.

Les dernières études sont néanmoins rassurantes et ne montrent pas d’augmentation du taux de ces malformations ces 20 dernières années avec l’évolution des techniques utilisées.


Références
Hansen M. et al. Hum Reprod Update. 2013
Henningsen AA. et al. Acta Obstet Gynecol Scand. 2018
Rumbold AR. et al. Hum Reprod. 2017
Belva F. et al. Hum Reprod. 201

accolement cicatricielle de deux tissus à l'intérieur de l'abdomen après une infection ou une intervention

absence de règles

étude des maladies du système reproducteur masculin

absence d'éjaculation

absence d'ovulation

absence totale de spermatozoïdes dans le sperme

fragment de tissu testiculaire prélevé chirurgicalement à l'intérieur duquel on peut rechercher des spermatozoïdes nécessaires à la fécondation

embryon âgé de 5 jours qui contient déjà une centaine de cellules et une cavité centrale

cellule d'un embryon

conduit situé dans les organes reproducteurs de l'homme permettant le transfert du sperme

analyse du nombre et de la structure des chromosomes effectuée sur les cellules du sang. Il permet de mettre en évidence certaines causes d'infertilité ou de fausses couches chez les deux membres du couple

cellules des ovaires et des testicules qui donneront ovocytes et spermatozoïdes)

bactérie qui peut provoquer chez la femme une infection pouvant passer relativement inaperçue. Celle-ci est dangereuse pour la fertilité car elle se propage au niveau des trompes et provoque de façon insidieuse des dégâts irrémédiables à leur niveau

conservation des cellules à très basse température (produits utilisés: cryoprotecteurs)

couronne de cellules entourant l'ovule

sperme recueilli lors d'une éjaculation

ensemble de cellules résultant de la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde. Il gardera le nom d'embryon jusqu'à 3 mois de conception

muqueuse utérine qui revêt l'intérieur de la cavité. Celle-ci se transforme au cours du cycle afin de devenir réceptive à la nidation de l'embryon

présence de muqueuse endométriale en dehors de la cavité utérine, à l'intérieur du ventre et dans les ovaires. Cela peut occasionner une infertilité. Le traitement peut être médical, chirurgical... ou la survenue d'une grossesse

organe allongé situé à la partie postérieure du testicule. Il sert à véhiculer le sperme des testicules aux canaux déférents

aptitude à procréer

fibrome ou fibromyome : tumeur bénigne du muscle de l'utérus présente chez un tiers des femmes de plus de 35 ans, et qui n'entraîne aucun risque de cancérisation

fibrome ou fibromyome : tumeur bénigne du muscle de l'utérus présente chez un tiers des femmes de plus de 35 ans, et qui n'entraîne aucun risque de cancérisation

fécondation in vitro

fécondation in vitro et transfert d'embryon

l'embryon, lorsqu'il a terminé son 3e mois de développement, devient un fœtus, et ce jusqu'à l'accouchement

cavité liquidienne qui se développe chaque mois dans l'ovaire et qui contient l'ovocyte. Visible à l'échographie, le follicule mesure 2 cm à l'ovulation alors que l'ovocyte, qui mesure 120 microns, est invisible à l'œil nu

cellule reproductrice, qu'elle soit mâle (spermatozoïde) ou femelle (ovocyte)

liquide visqueux sécrété par le col de l'utérus laissant passer les spermatozoïdes lors de la période d'ovulation

petite cellule contenant 23 chromosomes qui est évacuée lors de la formation de l'ovule fécondable et lors de l'ovulation

grossesse uniquement identifiable par dosage hormonal, et dont l'évolution s'arrête avant que son développement permette l'identification par échographie

grossesse qui se développe en dehors de l'utérus et qui nécessite une interruption par médicaments ou chirurgie

substance fabriquée par les glandes qui agit sur un organe cible

glande située à la base du cerveau agissant sous l'influence de l'hypothalamus, située plus haut dans le cerveau. L'hypophyse sécrète des hormones qui agissent, entre autres choses, au niveau des ovaires et des testicules

insémination artificielle par le sperme du conjoint

insémination artificielle par le sperme d'un donneur

injection intra-cytoplasmique du spermatozoïde dans l'ovule (intra cytoplasmic sperm injection)

insémination intra-utérine

incapacité pour un couple de procréer

mise en contact de l'ovule et des spermatozoïdes en fécondation in vitro

technique particulière d'analyse approfondie de la structure d'une cellule, par exemple du spermatozoïde, afin d'en évaluer le pouvoir fécondant. Cet examen peut se faire en plus d'un spermogramme classique

liquide nutritif dans lequel sont cultivés les gamètes puis les embryons

hormone féminine sécrétée par l'ovaire, dont la principale, lors de la première partie du cycle, est l'œstradiol

diminution du nombre de spermatozoïdes éjaculés

glande génitale féminine qui produit les ovules ou ovocytes

syndrome qui associe les troubles de l'ovulation, un excès d'hormones mâles avec une image échographique particulière

enlèvement chirurgical d'un ovaire

ovocyte ou ovule: cellule reproductrice femelle

ovocyte ou ovule: cellule reproductrice femelle

tube fin qui contient les spermatozoïdes ou les embryons congelés au laboratoire. Une paille peut contenir un ou plusieurs embryons ou plusieurs milliers de spermatozoïdes

tube fin qui contient les spermatozoïdes ou les embryons congelés au laboratoire. Une paille peut contenir un ou plusieurs embryons ou plusieurs milliers de spermatozoïdes

petite tumeur bénigne qui se développe dans la cavité utérine au départ de l'endomètre

acte chirurgical qui consiste à aspirer des spermatozoïdes dans l'épididyme

hormone sécrétée par le corps jaune durant la deuxième moitié du cycle. Le corps jaune est la glande qui succède au follicule après la rupture de celui-ci lors de l'ovulation

noyau du spermatozoïde ou de l'ovocyte avant leur fusion dans l'œuf fertilisé

glande génitale chez l'homme située à la base de l'urètre, et dont les sécrétions contribuent à la formation du sperme

processus de fabrication des spermatozoïdes

cellule reproductrice masculine

recherche d'une infection dans le sperme, souvent réalisée à l'occasion d'un spermogramme

évaluation de la forme des spermatozoïdes. Le taux de formes "normales" est en relation avec leur pouvoir de fécondation

glande génitale masculine qui produit les spermatozoïdes et les hormones responsables des caractères physiques masculins

canal qui relie l'utérus à l'ovaire. C'est à cet endroit que la fécondation naturelle se passe

organe qui possède une cavité virtuelle où l'embryon va s'implanter et se développer jusqu'à l'accouchement. Couramment appelé matrice

varices autour des testicules pouvant être à l'origine d'une diminution de la fertilité

couche entourant l'ovocyte qui doit être pénétrée par le spermatozoïde lors de la fécondation

ovocyte fécondé





Ceci peut aussi vous intéresser

Prenez
un cookie !
Nous utilisons des cookies pour simplifier et améliorer votre expérience sur notre site. Pour plus d'informations sur l'utilisation que nous faisons des cookies, consultez notre politique de confidentialité.