Douleur (adultes) - douleur chronique


La douleur aigue

 Elle survient après:

  • un traumatisme (fracture, entorse, contusion...)
  • une lésion interne (perforation intestinale, appendicite...)
  • une intervention chirurgicale

La prise en charge doit être rapide et efficace pour éviter toute complication et chronification, et préserver le confort et la sécurité du patient.
 

La douleur postopératoire fait partie des douleurs aigues.

 

Insuffisamment traitée, elle peut entraîner diverses complications:

  • difficultés respiratoires
  • tachycardie et hypertension artérielle
  • angine de poitrine, infarctus
  • troubles endocriniens avec altération du diabète
  • diminution de l'immunité (risque accru d'infection)
  • troubles circulatoires
  • mauvaises cicatrisations

Les anesthésistes traitent la douleur aiguë avec des médicaments antidouleur classiques (paracétamol, tramadol, anti-inflammatoires non stéroïdiens) ou plus puissants (morphiniques) si nécessaire.

Les morphiniques peuvent être administrés:

  • par la bouche
  • en intramusculaire
  • par le patient lui-même (pompe préprogrammée en fonction du poids et de l'âge)

En cas d'intervention très douloureuse, l'anesthésiste peut recourir, dès le début de l'anesthésie, à une technique entraînant une analgésie de longue durée:

  • rachianesthésie à la morphine (durée d'environ 36 heures)
  • péridurale continue (cathéter péridural maintenu 2 ou 3 jours)
  • anesthésie loco-régionale plexuelle de longue durée (environ 16 heures) ou via un cathéter placé près du nerf innervant de la région opérée et injection par le patient via une pompe préprogrammée

Prenez
un cookie !
Nous utilisons des cookies pour simplifier et améliorer votre expérience sur notre site. Pour plus d'informations sur l'utilisation que nous faisons des cookies, consultez notre politique de confidentialité.